L'évaluation orthophonique des enfants porteurs d'autisme non-verbaux

Selon la nomenclature des actes de 2006,  l’orthophoniste est apte à réaliser un « Bilan du langage dans le cadre des handicaps moteurs, sensoriels ou mentaux (inclus surdité, IMC, autisme, maladies génétiques) ».

 

L’évaluation orthophonique d’un enfant porteur d’autisme non-verbal doit permettre de regrouper toutes les informations concernant la manière dont l’enfant communique afin d’établir un profil de ses moyens et de ses fonctions de communication. Il s’agit de mettre en lumière les difficultés mais aussi les émergences et les compétences de l’enfant. Ainsi, nous allons  construire un projet thérapeutique avec des axes de travail clairs, rigoureux et objectifs afin de mettre en place une prise en charge adaptée.

Tout au long de la prise en charge, nous devons réévaluer régulièrement l’enfant dans différents contextes et sur différents supports afin de repérer toute nouvelle émergence et de s’assurer de la pérennité des acquis.

 

Par ailleurs, cette évaluation orthophonique est décrite comme complexe, notamment en raison:

-  du peu d’outils spécifiques existants, qui oblige chaque orthophoniste à évaluer compétences et déficits de l’enfant essentiellement par l’observation personnelle.

- de la nature même de la pathologie (troubles attentionnels, comportementaux et absence de langage).  Ceci est mis en exergue au niveau de l’évaluation de la compréhension qui est extrêmement ardue avec les enfants sans langage. 

- de la quantité de points à étudier qui oblige à être très méthodique et rigoureux dans le déroulement du bilan afin de ne pas s’égarer.

 

¤ Modalités de l'évaluation (déroulement) 

¤ Les outils existants 

¤ Proposition d'une trame d'évaluation